De la remise en question du totem féministe

En parlant de néo-puritanisme, je n’avais pas l’intention de parler de féminisme, du moins, pas pour le moment. Hélas, les impératifs étant ce qu’ils sont, une bonne amie à moi (que je salue) m’a demandé de coucher sur papier tout ce que je pouvais reprocher à ce mouvement de libération des femmes. N’écoutant que mon esprit de contradiction, et ne voulant pour rien au monde rater une occasion de transgresser les totems et de jeter mon pavé dans la mare, je me suis adonné à cet exercice ô combien périlleux.

Voici donc ce fameux tour d’horizon du féminisme, reproduit ici, corrigé en une version plus conforme à la publication…

Publicités

[NOTE: Cet article a d’ores et déjà, un jour à peine après sa rédaction, suscité une réponse de la part de quelqu’un qui a eu le « privilège » de le lire avant sa publication. Sans vouloir résumer de manière hasardeuse la pensée de mon détracteur, cette personne s’est positionnée contre les idées développées ci-après. Afin de montrer patte blanche et de démontrer, ici et directement, que nous ne sommes pas fermés au débat – bien au contraire – voici le lien de la première partie de son article de réponse: ici ]

Je précise d’emblée que je n’ai rien à reprocher au féminisme de première vague, autrement dit celui des suffragettes, pour parler vite. En effet, il me semble aujourd’hui assez rétrograde de vouloir revenir sur le droit de vote des femmes, le droit à l’éducation, et le droit au divorce. Comme d’habitude, il faut commencer par enfoncer les portes ouvertes.

Continuer à lire … « De la remise en question du totem féministe »

Les Croques-Mitaines #2 – Mai 68 à la barre?

Les croque-mitaines, ce sont ces monstres imaginaires présents dans toutes les cultures, destinés à faire peur aux enfants. Ces derniers savent, que s’ils ne sont pas sages, ou s’ils s’aventurent seuls trop loin de chez eux, ils risquent de se faire enlever et dévorer par une de ces créatures.

Ces croque-mitaines existent bel et bien. Leur nom dans le monde réel, celui qu’emploient les adultes pour les désigner, c’est « prédateur sexuel d’enfants », ou tout simplement « pédophile ». C’est à eux que sera consacré cette série d’articles. Il ne s’agira pas de dénoncer un phénomène en constante hausse tel que les drames intra-familiaux (près de 80 % des agresseurs seraient des proches) qui sont malheureusement légion. Ils s’agira plutôt de pointer du doigt une forme de prédation toute particulière, qui est moins l’œuvre du premier déséquilibré venu, que d’une meute organisée, sadique, perverse et tapie dans l’ombre. Nous parlerons de pédocriminalité de réseau et d’élite. Au fil des articles, nous passerons en revue les différents signes de l’existence de ces réseaux, et surtout quels visages ceux-ci peuvent prendre. Le but de cette série (un nouvel article tous les mois), est d’inciter à la vigilance sur tous les fronts. Continuer à lire … « Les Croques-Mitaines #2 – Mai 68 à la barre? »

Qu’est-ce que le néo-puritanisme?

Ou comprendre pourquoi la gauche est en train de s’écrouler.

Tout le monde connaît la réaction, lorsque celle-ci vient de la droite. Les antiennes conservatrices sont bien connues, tant elles sont combattues et raillées comme passéistes : restriction de l’avortement, Manif pour Tous, problématiques identitaires… On connaît mal, car elle est rarement identifiée comme telle, la réaction de gauche. Continuer à lire … « Qu’est-ce que le néo-puritanisme? »

Etats des lieux – Comment rester de gauche quand on est de droite, ou le dépassement des vieux clivages

L’horizon du néo-libéralisme libertaire semble indépassable. Et pourtant, il est de notre devoir, en tant que citoyen, de se pousser à la réflexion et de faire preuve d’imagination quant aux alternatives à entrevoir.

Depuis le 7 Mai dernier, c’est acté : Emmanuel Macron est le président de la république française. Lourde tâche qui lui incombe, lui qui cristallisera sur sa personne toute la grogne du peuple français, qui monte, qui monte. A l’heure où nous écrivons ces lignes, ce président élu (plébiscité ?) avec 66% des suffrages exprimés – au second tour de l’élection – vient de se faire huer par les maires de France. C’est dire l’état du malaise français. A l’heure où le pays va atteindre ses 10% de chômeurs, où un agriculteur se suicide tous les deux ou trois jours, où les mots « rigueur » et « flexibilité » sont dans toutes les bouches, des questions surgissent : comment en sommes-nous arrivés là ? Et surtout, comment en sortir ?

Des questions que ce modeste blog essaiera d’aborder. Continuer à lire … « Etats des lieux – Comment rester de gauche quand on est de droite, ou le dépassement des vieux clivages »